Etats-Unis Washington State

Olympic National Park au mois d’avril

25 avril 2017
olympic national park en avril

Le mois d’avril est toujours un peu incertain pour se lancer dans des escapades nature, surtout dans le Pacific Northwest. D’autant que cette année, le printemps a beaucoup de mal à s’installer dans l’état de Washington, à mon plus grand désarroi. Les gens d’ici parlent d’année exceptionnelle en record de pluie… Mais Olympic National Park est un de ces lieux qui est peut-être encore plus beau lorsque l’atmosphère est gloomy. 

J’ai une sorte de fascination pour ces grandes forets de sapins recouvertes par la brume et ces plages sauvages et immenses balayées par la pluie, cette esthétique me parle, me fait me sentir toute petite dans un si grand monde, et me donne envie de me trouver un chalet dans les bois pour m’y lover avec une couverture et un chocolat chaud. Bref, on a passé le week-end à Olympic National Park.

Where-is-Olympic-National-Park-on-map-Seattle

Jour 1 – Ruby beach et Quinault lake

Vendredi il fait très beau, il n’a pas fait aussi chaud depuis longtemps, les Seattleites sont de sortie, et ça bouche déjà sur l’autoroute. On arrive aux abords du parc national au bout de 3h de route, et avant de rejoindre Quinault lake, là où on a pris une chambre pour la nuit, on pousse encore une 40aine de minutes vers Ruby beach, une de ces fameuses plages immenses signé Pacific Northwest. Il est midi, et on a prévu un sandwich à savourer sur la plage. La plage est belle, très belle, il y a un peu de monde, mais pas beaucoup, c’est tellement immense qu’on se sent très vite seul. On aurait limite envie de se baigner, mais il ne faut pas s’y tromper, l’océan Pacifique est toujours très froid, personnellement j’ai abandonné depuis longtemps l’idée de faire trempette sur la côte ouest des USA. Et puis sur ces plages, pas de maitres nageurs, et beaucoup de courant, ça peut être dangereux de s’y aventurer. Il y a du bois flotté partout, et ça rajoute encore au côté sauvage de la plage : rien n’est maitrisé, rien n’est encadré, ici c’est la nature et les courants qui décident.

olympic national park un week end, ruby beach bois flotté

olympic national park un week end, ruby beach 1

olympic national park un week end, ruby beach balade sur la plage

olympic national park un week end, ruby beach oiseaux

olympic national park un week end, ruby beach 3

olympic national park un week end, ruby beach grotte

olympic national park un week end, ruby beach portrait thomas

olympic national park un week end, ruby beach selfie

On en a pris plein nos mirettes, il est temps de reprendre la voiture et de rejoindre le coin où on va passer la nuit : Quinault Lake ! Ce lac-ci n’a rien d’exceptionnel, il est joli et agréable, mais après un an passé au Canada, niveau lac, il en faut pas mal pour nous impressionner. Mais ce qui est plus notable, c’est la foret tropicale tempérée qu’il y a tout autour du lac : la Quinault Rainforest. C’est une des 4 forets tropicales présentes à Olympic. Si le terme « foret tropicale » en plein dans l’état de Washington semble impressionnant, c’est parce que ça l’est. Alors bien sur, nous ne sommes pas en Amazonie, il s’agit de foret tropicale tempérée, les températures y sont tout aussi douces qu’ailleurs à Washington, mais le climat océanique humide constitue le climat idéal. Il y en a relativement peu dans le monde, ce qui en fait une véritable perle à sauvegarder à tout prix, et quelque chose de définitivement à voir quand on passe dans le coin !

On suit le Quinault Rainforest Loop Drive, une boucle qui nous amène dans la foret pour un bon aperçu de la flore, tout en restant dans la voiture. Le tour dure environ 1h30, en prenant son temps et en s’arrêtant régulièrement. Sur le chemin, il y a aussi les plus grands arbres du monde (rien que ça), notamment le plus grand épicéa du monde, qui aurait plus de 1000 ans.

olympic national park un week end, quinault rain forest loop drive tour en voiture

olympic national park un week end, quinault rain forest loop drive tour en voiture plus grand epicea du monde et cascade

olympic national park un week end, quinault rain forest loop drive tour en voiture plus grand epicea du monde

olympic national park un week end, quinault rain forest loop drive tour en voiture lapin

Les arbres sont complètement recouverts de mousse, et semblent parfois plier sous son poids. Ça donne un effet unique de foret maudite, remplis d’arbres tout biscornus sortis tout droit de la tête de Tim Burton.

olympic national park un week end, quinault rain forest loop drive tour en voiture arbres

olympic national park un week end, quinault rain forest loop drive tour en voiture arbres et mousse

Le lodge où on passe la nuit, le Lake Quinault lodge, est historique, il a été construit en 1926, et il est vraiment sublime. Les extérieurs, juste au bord du lac sont parfaits pour se poser avec un bon bouquin et apprécier la fin de journée. Attention cependant si vous souhaitez vous aussi y passer une nuit : qui dit historique dit système de chauffage qui fait des « clang clang » toute la nuit, et chambre très mal insonorisée (oui j’ai entendu le voisin ronfler toute la nuit). Inutile de dire qu’on a pas super bien dormi, mais le lodge est tellement beau qu’on a facilement envie de passer outre ses défauts.

olympic national park un week end, lake quinault lodge salon

olympic national park un week end, lake quinault lodge cheminée

olympic national park un week end, lake quinault lodge facade lac

olympic national park un week end, lake quinault lodge facade lac 2

olympic national park un week end, lake quinault lodge jardin lac

Jour 2 – La Push, Forks et Hoh Rainforest

Pas super reposés de la veille je vous avoue (cf le passage plus haut avec le voisin qui ronfle), on reprend la route pour continuer notre tour de la péninsule olympique. Le temps a drastiquement changé, genre vraiment drastiquement. On est passé du jour le plus chaud depuis le début de l’année au jour le plus gloomy ou presque. On doit voir une autre plage ce matin, ça nous donnera l’occasion d’expérimenter deux ambiances totalement différentes. C’est parti donc pour la plage de La Push, dans la réserve indienne Quileute, dans la ville de Forks. Si tous ces noms vous disent quelque chose, c’est normal, ce sont les lieux principaux des livres et des films Twilight, dont j’ai été plutôt fan dans ma prime jeunesse. Plusieurs années après, l’engouement m’a passé, mais il faut avouer que c’était très drôle d’arpenter ces lieux aujourd’hui !

On traverse donc Forks pour aller à La Push, on ne s’arrête pas car on doit de toutes façons y retourner plus tard pour déjeuner, mais l’aperçu qu’on en a est sans appel : c’est petit, pas très beau, avec principalement des motels un peu miteux et des stations essence, ça n’envoie pas du rêve pour s’y promener, mais c’est bien pratique pour y faire un arrêt logistique. On sait déjà qu’on ne s’y attardera pas.

La plage est accessible après une petite marche dans la foret d’une 10aine de minutes. En arrivant, j’en ai eu le souffle presque coupé, ça dépassait ce que j’avais imaginé tant c’était beau. C’est dingue, on a beau voir des vidéos ou des photos, quand on se retrouve en vrai devant le même paysage, ça n’a jamais rien à voir. C’est sombre, c’est inhospitalier, c’est sauvage, mais mon dieu que c’est beau ! Il n’y a personne, et on est véritablement seuls face à nous-mêmes et surtout à cette force de la nature qui nous rend tout petit et qui nous remet à notre place.

olympic national park un week end, plage de la push reserve quileute forks 1

olympic national park un week end, plage de la push reserve quileute forks bois flotté

olympic national park un week end, plage de la push reserve quileute forks iles

olympic national park un week end, plage de la push reserve quileute forks 2

olympic national park un week end, plage de la push reserve quileute forks ile

olympic national park un week end, plage de la push reserve quileute forks trou falaise

olympic national park un week end, plage de la push reserve quileute forks seflie

Après cette balade humide et fraiche mais super inspirante, retour à Forks où cette fois on s’arrête pour déjeuner. On jete notre dévolu sur le BBG Blakeslee’s Bar & Grille, un pub typique de petite ville américaine. Il n’y a pas beaucoup de choix à Forks, mais ce pub, je le conseille, c’était bon, simple et pas cher, que demander de plus ? C’est l’heure de reprendre la voiture pour la Hoh Rainforest, la plus grande foret tropicale tempérée d’Olympic National Park (et une des plus grandes au monde), mais aussi la plus connue du parc.

Encore plus impressionnante que la foret de Quinault qu’on a vu hier, il y a toujours de la mousse partout, moelleuse sous les pieds, et d’un beau vert riche et vif. Les arbres sont toujours biscornus, et dégoulinent de mousse, de champignons et de gouttes de pluie, c’est calme, il n’y a toujours pas beaucoup de monde (quel bonheur), et ça sent bon. Des arbres poussent sur d’autres arbres morts, rien ne se perd et tout se transforme. On passe de la foret maudite d’hier à la foret merveilleuse et pleine de fées. On s’attendrait presque à voir des lutins sortir d’un terrier. A la place des lutins, on croise des élans (des elks en anglais) qui broutent paisiblement et nous regardent l’air pas intéressés. On marche pas mal, plus de 10 km dans cette foret luxuriante, on fait d’abord le Hall of Mosses puis le Spruce Nature trail, 2 petites randonnées, puis on fait une partie de la grande randonnée, la Hoh River trail. On sait qu’on aura pas le temps de la finir mais qu’importe, on veut prolonger la balade. C’est hyper reposant, voire même relaxant de se balader la dedans.

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée 1

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée riviere

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée arbres

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée fougeres

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée branches

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée branches 2

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée arbres geants

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée élans

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée élans 2

La Hoh river donne son nom à la Hoh Rainforest, et on la longe en suivant le trail du même nom. Au loin, les sapins et la brume donne toujours une ambiance dramatique au lieu.

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée sapins et brume

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée sapins et brume noir et blanc

olympic national park un week end, hoh rainforest randonnée hoh river

Il est plus de 17h et il est grand temps de reprendre la route pour rejoindre la plus grande ville de la péninsule, Port Angeles, pour la nuit. Ce sera la dernière étape de ce road trip ! Le Olympic lodge où on dort est encore une fois sublime, mais beaucoup plus moderne, on est soulagé, car ça veut dire qu’on passera une bonne nuit.

olympic national park un week end, port angeles olympic lodge

Jour 3 – Lake Crescent et l’ancien barrage de la Elwha river

J’ai surnommé ce jour-là la « journée de la loose ». Rien ou presque ne se passera comme prévu. J’avais eu dans l’idée de quitter Port Angeles le matin pour aller voir lake Crescent, puis d’aller voir les Marymere Falls, des chutes d’eau toutes proches de lake Crescent, mais je n’avais pas vu que les chutes n’étaient accessibles qu’après une randonnée de 2h aller-retour. On aura pas le temps, on doit donc renoncer, et ce sera le premier fail du jour.

On a quand même vu Lake Crescent, un lac immense, qui est le second lac le plus profond des Etats-Unis, avec presque 200 mètres d’abysses. Ça fiche le tournis, et je me dis qu’il doit forcement y avoir quelque légende à propos d’un monstre marin qui vivrait au fond. Ce matin le ciel est complètement nuageux, mais il ne pleut pas (encore), l’eau du lac est parfaitement lisse, et reflète les iles et terres tout autour, c’est sublime et ça donne de très belles illusions d’optique qui confèrent, encore une fois, une dimension presque magique au lieu. A un moment, la pluie reprend, et la magie se brise. Ça reste tout de même magnifique.

olympic national park un week end, port angeles lake crescent 1

olympic national park un week end, port angeles lake crescent 2

olympic national park un week end, port angeles lake crescent 3

olympic national park un week end, port angeles lake crescent 4

olympic national park un week end, port angeles lake crescent thomas

olympic national park un week end, port angeles lake crescent ponton

Je voulais ensuite aller à Hurricane Ridge, une route qui part dans les montagnes et offre (apparemment) de superbes points de vue, mais on arrive face à une route fermée à cause de neige tardive au sommet… Comme je le disais plus haut, c’est risqué en avril, par ici, d’organiser quelque chose en pleine nature. On est déçu, mais ça fait partie du jeu ma pov’ Lucette, on remballe et on va voir à la place l’ancien barrage de la rivière Elwha, pas du tout prévu au programme, mais qui méritait bien son petit coup d’oeil.

olympic national park un week end, port angeles barrage elwha river 1

olympic national park un week end, port angeles barrage elwha river 2

olympic national park un week end, port angeles barrage elwha river 3

Le barrage a été construit en 1913 pour alimenter la région en électricité, et par la même occasion, considérablement aider la croissance économique de la péninsule olympique à cette époque.

Malheureusement, le barrage a aussi eu des effets désastreux sur l’environnement : les saumons ne pouvaient plus remonter la rivière pour leur migration, ce qui a participé à la disparition d’une tribu indienne qui vivait dans le coin…

Après moults débats et signatures de pétitions, la destruction du barrage a commencé en 2011, et s’est terminé en 2012. On peut maintenant voir ce qu’il en reste, et surtout admirer la rivière Elwha qui coule enfin librement.

L’eau de la rivière est d’un bleu-vert profond incroyable, certainement dû aux glaciers, nombreux dans la région.

olympic national park road trip, biche port angeles

olympic national park road trip, biches port angeles

On rentre à la maison après ce dernier arrêt impromptu, mais il faudra y retourner cet été !

Pour prolonger le voyage, on a tourné une petite vidéo de 4 minutes qui résume plutôt bien le week-end :


Quelques infos pratiques sur Olympic National Park


  • Les endroits pour passer la nuit ne sont pas légion : à l’entrée du parc, côté sud, il y a Quinault lake, avec quelques hotels et lodges, à l’ouest du parc il y a Forks, avec pas mal de motels pas chers, et enfin au nord, il y a Port Angeles, la plus grosse ville, avec donc plus de choix niveau hébergement.
  • Le temps est souvent incertain dans la région, prévoyez toujours de quoi survivre sous la pluie : chaussures de randos, kway, parapluie, et peut-être même bonnet et gants selon la saison (en avril c’était un petit peu frisquet).
  • Olympic National Park est un parc national, il est donc payant. Il faudra s’acquitter de 25 dollars par voiture pour y entrer, mais il y a aussi des pass à l’année qui vous permettent de rentrer dans tous les parcs nationaux des USA, ce qui vaut carrément le coup.
  • En voiture depuis Seattle, comptez 3h30 pour arriver à Lake Quinault (par le sud) ou Port Angeles (par le nord).
  • Il y a aussi le ferry, qui vous amène directement à Port Angeles.
  • Les villes de Forks et Port Angeles n’ont pas de gros intérêts touristiques, je vous conseille donc de ne pas vous y attarder et de vous concentrer sur les spots nature tout autour.

Pour plus de photos et de morceaux de ma vie d’expat, n’hésitez pas à me suivre sur Instagram (@sarah8000kilometres) ou Facebook !


You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Vincent 25 avril 2017 at 8 h 18 min

    Merci pour l’excursion ! superbes photos dans cet environnement … étrange. Ce genre de mini trip laisse souvent des souvenirs bien marqués.
    Je ne sais pas si nous irons un jour, mais maintenant je connais un peu.

    • Reply Sarah 25 avril 2017 at 18 h 06 min

      Oh mais de rien ! Si vous avez l’occasion, foncez, ça vaut carrément le coup !

  • Reply brigitte 25 avril 2017 at 19 h 03 min

    Toujours aussi intéressant et en plus tes photos reflètent bien l’atmosphère ressentie et traduite par ton récit.
    Super ma Sarah, nous voyageons avec toi. Plein de bisous à vous deux.

    • Reply Sarah 25 avril 2017 at 21 h 39 min

      Avec plaisir ! En attendant que vous puissiez le voir en vrai 🙂

  • Reply Pascal 2 mai 2017 at 17 h 35 min

    Comme toujours, tu nous fais découvrir ce bel état, superbes photos, de jour la sensation doit être bizarre, mais la nuit, cela doit être super flippant !!
    Au prochain article 🙂

    • Reply Sarah 4 mai 2017 at 21 h 04 min

      Oui la nuit, c’est sur, ça doit être un peu flippant 😛
      Contente que l’article te plaise en tout cas !

  • Reply Un, deux, trois, Québec 9 mai 2017 at 22 h 28 min

    Je suis contente d’avoir pu découvrir ce lieu ! Tes photos sont magnifiques, elles donnent vraiment envie d’y aller ! Peut-être notre prochain voyage ! Merci. Hâte de voir le prochain article 🙂

    • Reply Sarah 10 mai 2017 at 1 h 54 min

      C’est cool, je suis super contente de t’avoir fait découvrir un lieu, et surtout de t’avoir donné envie d’y aller ! Le prochain article arrive bientôt 😉

  • Reply Julie 22 mai 2017 at 19 h 20 min

    Les photos sont magnifiques ça donne vraiment envie d’y aller!! Il faut que l’on vienne plus souvent vers chez vous 🙂

    • Reply Sarah 4 juin 2017 at 5 h 48 min

      Bah oui venez ! 🙂

    Leave a Reply