Grands parcs de l'ouest

Death Valley et Las Vegas : la traversée du désert (dans les 2 sens du terme)

17 août 2017
californie death valley road trip ouest americain badwater basin desert de sel 6

On revient d’un road-trip dans l’ouest américain qui aura duré 12 jours, et nous aura emmené dans 4 états. C’est notre plus long voyage depuis un moment, et notre premier vrai gros voyage à deux, autant dire qu’il était un peu spécial. Le tri des photos m’a permis de me replonger dans ces moments, et je peux affirmer même avec le recul que c’était vraiment cool, et que j’aimerais bien y retourner ! Evidemment, impossible de résumer 12 jours, 2 villes, 4 parcs nationaux et 2 state parks dans un seul article, donc les prochaines semaines vont voir fleurir sur le blog plusieurs articles « épisodes ». L’occasion pour moi en plus de prolonger la parenthèse !


Road-trip dans l’ouest américain : la Death Valley

Petit préambule sur Las Vegas, mon idée de l’enfer

Ça y est, c’est la fin. Depuis la Valley of Fire, on loge dans un hôtel luxueux du strip de Las Vegas. On visite les parcs autour le jour, et on se balade dans la cité du vice la nuit. Le jour je m’éclate, c’est l’aventure la plus totale, la nature à l’état brut, et la nuit c’est mon petit cauchemar personnel. Je n’écrirais pas d’article sur Las Vegas, car je sens bien que je suis complètement passée à côté. Je n’ai même presque pas de photos, tant je n’ai pas été inspirée.

paris las vegas road trip ouest americain pourquoi je deteste las vegas

Le bruit, la foule, la chaleur écrasante, les voitures, l’orgie d’alcool et d’argent partout pendant que des SDF crèvent sur le côté du strip. Des hommes bourrés qui crient comme des veaux, des femmes tout aussi bourrées vêtues en tout et pour tout d’un maillot de bain « side boobs » apparents. Je ne suis pas à ma place et je ne me sens pas à l’aise. Des gens nous distribuent des flyers pour « consommer » des prostituées, livrées directement dans ta chambre d’hôtel. Au secours. Bref j’étais contente de m’évader de là la journée, et encore plus contente de rentrer à Seattle ensuite ! Oui, j’y ai quand même vu un très beau spectacle du Cirque du Soleil, oui j’ai visité l’intéressant vieux Las Vegas, et oui notre hôtel était beau et la chambre avait même un jacuzzi, j’imagine donc que tout n’est pas à jeter. Mais Las Vegas n’a pas été un coup de coeur, je ne vais pas vous le cacher.  Des amis m’ont par la suite vanté les mérites de cette ville, en me disant qu’avec les bonnes adresses et le bon mood, ça peut quand même être fun. On y retournera surement avec eux, pour peut-être me faire changer d’avis !

Rhyolite, la ghost town et le fantôme tout nu

Avant d’entrer dans le parc de la Death Valley, on s’arrête à Rhyolite, une ville fantôme située juste à l’entrée côté est. Ce n’est pas vraiment un détour et j’ai bien envie de voir à quoi ressemble une vraie ville fantôme du far west. Il n’y a pas grand chose à y voir, mais il y a tout de même quelques bâtiments en ruines qui attestent d’une ancienne vie, et un minuscule musée qu’on aura pas fait, mais où on peut admirer une sculpture étrange qui ajoute bien au côté pas rassurant du lieu. On prend quelques photos et on se balade dans la rue principale, quand on aperçoit un homme, la cinquantaine, tout nu et tout bronzé, traverser à son tour d’un pas assuré. Un fantôme exhibitionniste ? Non, juste un mec à poil qui nous fait coucou en passant puis qui continue sa route dans le plus grand des calmes. Soit.

californie death valley road trip ouest americain visite de rhyolite ville fantome statues

californie death valley road trip ouest americain visite de rhyolite ville fantome ruine wagon

californie death valley road trip ouest americain visite de rhyolite ville fantome ruines et desert

californie death valley road trip ouest americain visite de rhyolite ville fantome ancien batiment ruine

La Vallée de la Mort, plus attirante que Las Vegas

Le nom fait un peu flipper c’est vrai, mais cette Vallée de la Mort aura été pour moi un petit paradis que j’ai 100 fois préféré à Las Vegas, même si je vous l’accorde, ça n’a un peu rien à voir. Il faisait chaud dans la Valley of fire, rappelez vous, mais ce n’est rien à côté des températures extrêmes de ce parc qui porte, encore une fois, admirablement bien son nom.

californie death valley road trip ouest americain route

Aujourd’hui, équipés d’un short, d’une casquette, de crème solaire, et de beaucoup d’eau, on roule joyeusement vers le 5e plus grand parc national des Etats-Unis, situé techniquement en Californie, mais à seulement 2h15 en voiture de Las Vegas. 46 degrés au compteur, quand on sort de la voiture, une chappe de plomb s’abat sur nous. Impossible de faire la moindre randonnée, c’est d’ailleurs complètement déconseillé. Heureusement le parc, immense, offre sa beauté relativement facilement, à condition d’avoir le courage de quitter la clim de la voiture.

Zabriskie Point, là où il fait un peu plus frais

On descend vers le sud du parc, là où il y a le plus de points de vue accessibles et on s’arrête à Zabriskie Point, après avoir monté une route en lacets. C’est un peu en altitude, il y fait donc un peu plus frais, comprenez par là que ça devient supportable. La vue est à couper le souffle, des dunes s’offrent à perte de vue, et on aperçoit même un immense désert de sel. J’aurais été un colon au 19e siècle, je me serai laissée mourir ici tout de suite plutôt que d’essayer de traverser tout ça. Heureusement les gens de l’époque étaient plus courageux que moi.

californie death valley road trip ouest americain zabriskie point 2

californie death valley road trip ouest americain zabriskie point 3

californie death valley road trip ouest americain zabriskie point patch

californie death valley road trip ouest americain zabriskie point desert de sel 2

californie death valley road trip ouest americain zabriskie point desert de sel 3

Badwater Basin, le désert blanc et la chaleur d’un four

On descend ensuite dans l’idée d’aller rejoindre ce désert de sel qui nous avait ébloui depuis Zabriskie Point. Il s’agit du Badwater Basin, qui est à 855 mètres en dessous du niveau de la mer. Lorsqu’on sort de la voiture, on a la forte impression d’avoir ouvert un four brulant. Il fait encore plus chaud que tout à l’heure, 54 degrés au compteur. L’air est brulant et oppressant, chaque pas nous demande une énergie incroyable. On ne transpire même plus, et on sent distinctement les muqueuses de nos yeux s’assécher. Il faut marcher une dizaine de minutes pour accéder au désert de sel, il faut se faire violence. Clic clac quelques photos, on goute le sol, c’est bien du sel, un petit tour sur soi-même pour la vue à 360 degrés, et « I’m outta here ». On rentre à la voiture en se pressant, je sens qu’il y a un réel danger à s’éterniser ici, genre je sens au fond de moi que ma vie serait clairement en jeu si je restais plus longtemps. Difficile à expliquer, mais c’est certainement mon instinct de survie qui me dit que là ça suffit les conneries.

californie death valley road trip ouest americain badwater basin desert de sel

californie death valley road trip ouest americain badwater basin desert de sel 3

californie death valley road trip ouest americain badwater basin desert de sel 4

californie death valley road trip ouest americain badwater basin desert de sel 5

La palette de l’artiste, des couleurs folles dans de la roche

C’est déjà la fin de journée, on remonte la route et on va voir en passant Artist’s palette, une boucle à faire en voiture qui nous amène voir des rochers aux couleurs incroyables, dignes d’une palette de peintre. Quand j’écris cet article, j’ai l’impression qu’au final on a pas fait grand chose, mais il faut savoir que le parc est tellement grand qu’il faut beaucoup rouler entre les différents points cités ici !

En rentrant à Las Vegas, on va à un spectacle du Cirque du Soleil, appelé « Mystère ». Evidemment, on nous choisi pour un des numéros comiques. Thomas se fait enfermer dans une cage sur la scène, et le clown place un mec random choisi dans la salle à côté de moi et nous offre du champagne. Tout ça sous les feux des projecteurs évidemment !

californie death valley road trip ouest americain artist's palette 4

californie death valley road trip ouest americain artist's palette 3

californie death valley road trip ouest americain artist's palette 2

californie death valley road trip ouest americain artist's palette

 


Pour plus de photos et de morceaux de ma vie d’expat, n’hésitez pas à me suivre sur Instagram (@sarah8000kilometres) ou Facebook !


You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Marie Voyages 18 août 2017 at 8 h 14 min

    J’avoue avoir eu le même ressenti que toi sur Las Vegas ! Je n’ai pas réussi à trouver ma place dans ce lieu de débauche complet (et peut-être est-ce mieux ?). Le côté fun et amusant n’a pas réussi à me faire oublier l’absurdité de la chose ^^
    Et j’ai tellement adoré la Death Valley ! Je crois que cette étape a été ma préférée et tes photos rendent merveilleusement bien 🙂

    • Reply Sarah 18 août 2017 at 17 h 26 min

      Ah merci je me sens moins seule ! C’est vrai que la plupart des gens ont l’air de bien kiffer cette ville et cette ambiance, mais moi, j’avais juste envie de fuir lol
      La Death Valley, moi aussi ça a été une de mes étapes préférées !

  • Reply friederich 19 août 2017 at 10 h 16 min

    Je me répète à chaque fois, mais les textes et les photos sont un ravissement. Mon Dieu que la planète est belle !

    • Reply Sarah 19 août 2017 at 17 h 14 min

      Oui la planète est belle et il faut en profiter tant qu’on peut !

  • Reply Pascal 30 août 2017 at 16 h 58 min

    Toujours aussi génial tes articles, je me pose une question, à un certain moment de l’année la chaleur est-elle plus supportable ? pour pouvoir profiter de la beauté de ces splendides paysages.

  • Leave a Reply